La dopage dans le monde du sport : Un phénomène pas si récent !

Sujet pourtant très actuel, le dopage dans le milieu du sport n’est pourtant pas un phénomène récent. Nombreux sont les cas, au travers de l’histoire de tous sports et de toutes époques, de sportifs ayant pris toutes sortes de substances afin d’améliorer leurs résultats et performances sportives souvent au détriment de leur santé.

Continuer la lecture de « La dopage dans le monde du sport : Un phénomène pas si récent ! »

Handisport : Interview de Cédric Nankin, athlète paralympique de rugby fauteuil

Aujourd’hui, pour aborder le thème du handisport, je suis allée rencontrer Cédric Nankin, athlète paralympique de rugby fauteuil. Dans cet entretien, il retrace son parcours, ses performances et ses projets pour l’avenir. Une rencontre très inspirante que je vous invite à découvrir.

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture de « Handisport : Interview de Cédric Nankin, athlète paralympique de rugby fauteuil »

Coupe du monde 2022 : Les enjeux envronmentaux

Bonjour à tous et à toutes, nous allons aujourd’hui parler d’un grand événement très reconnu dans le monde du sport : La coupe du monde de football

.

Depuis sa création, elle a engendré des millions de téléspectateur.

C’est devenu l’évènement sportif le plus médiatisé et le plus important réunissant toutes les meilleures équipes des différents continents.

 

Nous savons tous que la prochaine coupe du monde se déroulera au Qatar en 2022.

L’organisation d’un tel événement demande la mise en place de moyens spectaculaires et d’infrastructures capables de l’accueillir.

Des travaux encore plus impressionnants que ceux de la coupe du monde au brésil qui signifie des couts exorbitants.

 

Le Qatar, pays riche en hydrocarbures, dépense 500 millions de dollars par semaine sur des projets essentiels pour la plus grande compétition de football au monde et a entrepris une transformation massive pour l’événement.

 

Ces constructions ont-ils des impacts sur l’environnement ?

 

Le ministre de l’écologie, Mohammed Ben Abdallah al- Rumaihi a déclaré avoir travaillé à respecter les normes pour avoir un résultat exemplaire et « un bilan Carbonne neutre ».

 

Comment s’y prendrait-il ?

 

Ils réussiraient à amortir les taux de carbones grâce à un équilibre entre les émissions de gaz à effet de serres et la capacité de l’écosystème du Qatar à absorber ceux-ci.

 

Qu’ont ‘ils prévu de réaliser ?

Les plus grands projets son tout d’abord l’édification et la rénovation de huit stades. Des travaux routiers importants pour permettre une circulation fluide.

Le plus grand chantier reste la construction d’une ville entière du nom de Lusail. Cette ville devrait pouvoir héberger 250 000 habitants et aura pour autre mission d’accueillir le match d’ouverture et la grande finale du tournoi.

Pouvons-nous croire qu’il est possible de réaliser tant de travaux et que l’environnement soit respecté ?

Ces derniers temps les questions concernant l’environnement sont au cœur des polémiques, et pour raison : les incendies en Australie ont forcé le monde entier à se mobiliser et donner des fonds à des associations pour sauver celle-ci.

Bien que le président de la FIFA ait accepté ce projet et qu’il n’a apparemment pas de conséquences sur l’écosystème, nous nous permettons de remettre en cause son jugement après avoir décrypté tous les chiffres qui ont été données.

Comment de tels fonds et de telles constructions peuvent être acceptées alors que le monde ne fait que se battre pour respecter l’écosystème en pensant au futur ?

.

 

 

 

Le Kung-Fu

Aujourd’hui, nous allons parler du Kung-fu, appelé également Gongfu ou Wushu. Cet Art martial est le plus vieil art martial du monde. C’est un mélange de plusieurs types de combats mêlant :

  • Des techniques de ciseaux servant surtout à déséquilibrer un adversaire à cheval
  • Des techniques de pieds et de poings ;
  • Des techniques de maniement d’armes (sabre, lance, etc.)
  • Des techniques d’attaques et défenses (ex ; les attaques dans les jambes, utilisées pour affaiblir l’adversaire)

 

Les origines du Kung-Fu

Ce sport de combat est ultra-complet, autant physiquement que psychologiquement, Il n’est pas seulement présent à l’entrainement : il leur sert également dans leur vie quotidienne.

Pour comprendre cela, il faut tout d’abord expliquer ce que signifie le mot Kung-fu. Il signifie, travailler dur, se perfectionner. C’est un apprentissage qui lie l’esprit et le corps. Le Kung-Fu véhicule des principes de paix et de vertus et cela malgré le fait que ce soit un art martial (un art de la guerre).

Il faut comprendre qu’il y a 2 grandes familles de Kung-fu

– Shaolin

– QI Jong

Beaucoup pourrait penser que le Kung fu vient du temple des moines Shaolin, or le Kung-fu était utilisé par les médecins pour permettre d’améliorer la santé des patients en observant les mouvements des animaux, d’où le fait qu’il existe de nombreuses postures portant le nom d’animaux

C’est alors que  l’histoire du Grand moine Shaolin, le moine Bodhidharma qui est l’inquisiteur de ces moines combattants. D’après la légende, le moine est d’origine Indienne. A cette époque, dans le Sud -Est de l’Inde un royaume du nom de Pallava. Il fait le tour de la Chine en quête de savoir et de connaissances, et trouve que les moines ne peuvent pas comprendre le fond et non la forme des pratiques bouddhistes. Il  veut alors trouver un moyen de faire comprendre l’importance des rites bouddhistes. Il coupe tout contact humain et se terre dans une grotte pendant 9 mois pour chercher comment il peut aider les moines et tous les bouddhistes à mieux se préparer aux pratiques Bouddhistes. Il allie alors le yoga et le Kung-Fu traditionnel pour pouvoir lier le corps et l’esprit.

Il crée alors le temple Shaolin et devient le premier moine Shaolin. Aujourd’hui encore, nous ne savons pas si ce moine a existé car il n’y a pas de preuve de son existence, d’où l l’utilisation du mot légendaire pour le qualifier.

Le Qi Jong :

Le Qi Jong est une gymnastique traditionnelle chinoise et une science de la respiration qui est fondée sur la connaissance et la maîtrise du souffle et qui associe mouvements lents, on pourrait l’associer au Yoga.

 

La remise en question !

Je souhaite vous parler de la culture du corps qui se développe aujourd’hui sur les réseaux sociaux, Chacun se sculpte un corps en allant à la salle de sport et en se gavant de protéines pour pouvoir afficher de belles courbes ou de magnifiques abdominaux …. Mais Cela ne sert-il pas qu’à flatter son égo et se mettre en avant ?

Le Kung-Fu existant depuis des millénaires est encore en voie d’expansion. La discipline ne le doit pas au fait que c’est un art martial , mais aux incroyables valeurs qu’il véhicule. Pour se forger un corps et un esprit il leur faut se connaitre entièrement et donc connaitre son corps comme l’on connait son esprit, car c’est en dépassant les limites corporelles que l‘esprit se renforce.

C’est alors que je me permets de soulever une question :

Le corps a-t-il plus besoin de l’esprit ou l’esprit a-t-il plus besoin du corps ?

Tony Parker : L’ambassadeur du sport à la Française

Tony Parker, de son vrai nom William Anthony Parker II, est né le 17 mai 1982 à Bruges, en Belgique. Connu pour avoir joué en NBA, dans l’équipe des Spurs de San Antonio de 2001 à 2018 puis avec les Hornets de Charlotte lors de la saison 2018-2019, il a décidé cet été de prendre sa retraite.

Cette décision met fin à la carrière de l’un des sportifs français les plus titrés de tous les temps. Quatre fois champion NBA (2003, 2005, 2007, 2014), MVP des finales (2007), cinq fois champion de la Conférence Ouest (2003, 2005, 2007, 2013, 2014), champion d’Europe Junior en 2000 et champion d’Europe en 2013, revenons sur le parcours de cette nouvelle légende, ce Hall-of-Famer en puissance et son importance pour le sport Français.

De sa naissance à ses premiers pas en NBA.

Son père ayant effectué une grande partie de sa carrière professionnelle en Belgique, le petit Tony Parker Jr, dit “TP”, né à Bruges d’un Basketteur professionnel et d’une mère mannequin. TP signe sa première licence de Basket à Fécamp, en
Seine-Maritime, à 15 ans et la même année, 1997, il décide d’adopter la nationalité Française. En 1997, il intègre le Centre Fédéral de Basket Ball, connu sous le nom de l’INSEP.

Dès sa première saison, il s’impose comme l’un des meilleurs meneurs de la Nationale 1 avec plus de 20 points et 6 passes à seulement 17 ans et après 2 ans de Basket en club. Il signe très rapidement un contrat avec le PSG Racing, son premier contrat professionnel en 1999/2000. Il connaît de nombreuses difficultés à son arrivée dans le club, notamment avec le meneur titulaire Laurent Sciarra qui ne supporte pas entendre le jeune homme parlant tous les jours de ses rêves de NBA.

Ne voyant pas de raison de rester en France, TP participe alors au Nike Hoop Summit en 2000 à Indianapolis et compile de très belles statistiques : 20 points, 7 Passes Décisives, 2 rebonds et 2 interceptions. Après l’arrivée d’un nouvel entraineur, Ron Stewart, qui décide de lui donner le rôle de meneur titulaire, poussant ainsi Laurent Sciarra vers la sortie, TP réalise une bonne saison à presque 15 points et décide de se présenter à la Draft NBA. Il est alors sélectionné par les Spurs de San Antonio à la 28ème position, en fin de premier tour sous la conduite de Greg Popovich (toujours en poste aujourd’hui) et rejoint le Texas et les Twin Towers (“les Tours Jumelles” en Français), Tim Duncan et David Robinson.

Il connaît pourtant quelques difficultés à son arrivée, puisque Greg Popovich ne semble pas trop compter sur lui. Il devient donc le troisième meneur des Spurs, derrière les meneurs Terry Porter et Antonio Daniels. Coup de chance pour lui, le meneur titulaire Terry Porter se blesse et au bout de 15 matchs environ, TP est nommé titulaire par le Popovich. Il réalise une saison Rookie honorable à 9,2 points/4,3 passes et 1,2 interceptions.

L’avenir semble prometteur !

De son premier sacre au statut de Légende !

Il ne faudra pas longtemps avant que TP prouve qu’il est l’un des meilleurs meneurs de la ligue et qu’il est ait l’occasion de le prouver.
Dès 2003, Tony Parker devient le premier joueur Français à devenir champion NBA en battant les New Jersey Nets en finale NBA en 6 matchs (4-2). Il termine la saison avec une moyenne de 15,5 points et est élu par l’Equipe « champion des champions
français ». Au début de la saison suivante il signe le plus gros contrat pour un joueur français : 66 millions $ sur 6 ans, soit 11 millions $ la saison. Il fera honneur à ce nouveau contrat en réalisant une bonne saison, mais les Spurs seront éliminés en
Demi-Finale de Conférence Ouest (4-2) par les Los Angeles Lakers de Kobe Bryant et Shaquille O’Neal, alors le duo le plus dominant de la ligue.

Il retrouvera à nouveau les Finales NBA en 2005 et remportera son deuxième titre NBA en seulement 4 saisons. Malgré des stats en hausse dans tous les secteurs, il sera dominé par un Chauncey Billups (Detroit Pistons) plus fort et meilleur joueur
des Finales en 2004 lors du dernier sacre des Pistons. Il finit tout de même à 15 points de moyenne sur ces finales qui se termine en 7 matchs (4-3 pour les Spurs).

En 2006, il participe pour la première fois de sa carrière au “All-Star Game”. Ce match représente pour les Joueurs NBA, un honneur et une distinction immense. C’est le symbole de la reconnaissance.

En 2007, fort de 6 saisons NBA et de 2 titres et/ou bagues de Champion et de sa première sélection au “All Star Game”, TP prouve une nouvelle fois son talent lors de la saison régulière en inscrivant 18,6 points de moyenne mais aussi en allant pour la troisième fois de sa carrière en Finales NBA. Cette fois face aux Cleveland Cavaliers de LeBron James alors âgé de 23 ans et disputant sa 4ème saison NBA. C’est ce que l’on appelle un véritable sweep (balayage en français) : 4-0 en Finales NBA. TP réalise 4 matchs de haute volée face à un LeBron “fébrile” avec 24,5 points de moyenne. C’est l’heure pour le Français de la consécration ultime, un nouveau titre de champion NBA, auréolé par un titre de MVP des Finales. Il devient alors le premier Européen dans l’histoire de la NBA a remporté une telle distinction individuelle.

Des performances de hautes-volées !

Avec maintenant trois titres de champion NBA, un trophée de MVP des finales et 2 participations au “All-Star Game”, TP va réaliser les saisons statistiques les plus élevés de sa carrière et faire de nombreuses performances incroyables. En 2008 il inscrit successivement 26, 32 et 41 points et 12 passes décisives en playoffs, face au Phoenix Suns, que les Spurs battent 4-1 au premier tour des playoffs. Il inscrit face au Hornets de la Nouvelle Orléans un buzzer-beater (panier à la dernière seconde offrant la victoire à son équipe) puis tombe à nouveau sur l’ogre Kobe Bryant en finales de conférence. Ce sera là les meilleurs playoffs de sa carrière avec pas moins de 22,7 points par match et 6,1 passes décisives.

L’année d’après, TP réalise sa plus grosse performance individuelle au scoring, après deux prolongations face aux Timberwolves de Minnesota : 55 points, 10 passes et 7 rebonds en 50 minutes de temps de jeu. Il devient le deuxième joueur de l’histoire de la NBA à inscrire au moins 55 points, 10 passes et pris plus de 5 rebonds après la légende Oscar Robertson en 1964. Seul un certain Micheael Jordan en 1993 avait réussi un tel exploit. Il devient, également cette nuit-là, le joueur ayant inscrit le plus grand nombre de points face aux Timberwolves. Le record était détenu par Shaquille O’Neal (53points). Il obtient donc sa troisième sélection au “All Star-Game” en compilant au bout de 35 matchs 20,4 points et 6,6 passes.

Petit passage en France !

Malheureusement pour lui, il va enchaîner les blessures plus ou moins graves jusqu’en 2011, date à laquelle il annoncera qu’il retourne en France à l’ASVEL (club français dont il est actuellement propriétaire avec Nicolas Batum, autre joueur NBA et Français), en raison du Lock Out en NBA. Il retournera aux Spurs le 26 décembre 2011, sera à nouveau sélectionné comme All-Star et remportera le Skills Challenge (concours d’agilité). Il sera classé 5ème du vote pour le titre de NBA MVP (Most Valuable Player) et réussit avec les Spurs une 13ème saison consécutive à plus de 50 victoires en saison régulière. Ils seront éliminés en Finales de Conférence Ouest par le Thunder d’Oklahoma City 4-2.

Sur le toit de l’Europe !

2012-2013, c’est reparti, il termine à nouveau dans les votes pour le titre de MVP et réalise le 6 décembre 2012, le premier Triple-Double (10/10/10 dans trois statistiques différentes) avec 27 points / 12 rebonds / 12 passes dans la victoire face au Houston Rockets 134-126.

Durant les playoffs, les Spurs rencontrent les Lakers de Los Angeles au premier tour. Privés de Kobe Bryant, les Lakers sont battus 4-0. Les Spurs affrontent les Warriors du Golden State menés par Stephen Curry dans la série suivante. Ils parviennent à l’emporter 4-2, grâce à un bon Tony Parker et un excellent Tim Duncan. En finale de la conférence ouest, les Spurs affrontent les Grizzlies de Memphis, qui sont dépassés par un très bon collectif des Texans. Lors du quatrième et dernier match, le 28 mai 2013, Parker marque 37 points à plus de 70 % au tir et fait 6 passes décisives. San Antonio devient une nouvelle fois champion de sa conférence. Le 6 juin 2013, lors de l’ouverture des finales NBA à Miami, il inscrit, dans les dernières secondes, un panier très difficile qui donne la victoire aux siens face au Heat de Miami. À la fin du match 6, alors que les Spurs mènent 3-2 dans ces finales, ils prennent un avantage de 5 points dans les 40 dernières secondes. Le titre leur semble acquis, mais LeBron James tout d’abord, puis Ray Allen (après un lancer franc sur deux réussi par Kawhi Leonard) ramène Miami dans le match grâce à 2 paniers à 3 points. Les Spurs s’inclinent en prolongation. Lors du 7e et dernier match, le Heat s’impose sur son parquet 95-88. LeBron James est élu MVP des finales pour la deuxième année consécutive.

Le 6 novembre 2013, TP atteint le palier symbolique des 15000 points en NBA et devient le 4ème européen à atteindre ce palier après notamment l’allemand Dirk Nowitzki et l’espagnol Pau Gasol mais ce n’est pas le fait le plus marquant sur cette saison. TP ne s’illustrera pas plus que d’habitude en NBA mais en Europe en remportant avec l’Equipe de France son premier titre Européen. Une nouvelle consécration pour un home déjà devenu Légende.

La saison 2014 est une nouvelle fois synonyme d’exploits pour TP et les siens. Il est à nouveau, et pour la 6ème fois, envoyé au “All Star Game” à la Nouvelle Orléans. Souffrant du dos, les Spurs le mettent au repos mais il jouera tout de même 11 minutes au match des Etoiles. Au mois de mai 2014, TP et ses comparses Tim Duncan et Manu Ginobili (l’Argentin) deviennent le trio ayant le plus remporté de matchs en playoffs de l’histoire de la NBA, devançant des légendes comme le trio Magic Johnson, Kareem Abdul-Jabbar et Micheal Cooper. Ce même mois, TP devient le 10ème meilleur passeur all-time de la ligue. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul les Spurs iront à nouveau en Finales et décrocheront à nouveau un titre (le 4ème pour Tony Parker) face au Heat de Miami de LeBron James. Le fait marquant pour Tony Parker est qu’il remporte ce titre avec son ami Boris Diaw (ancien joueur de l’équipe de France et très grand ami de TP).

Une retraite bien méritée !

TP continuera de jouer au Spurs de San Antonio pendant 4 ans avant d’annoncer qu’ils quittent le Texas pour la ville de Charlotte. Il jouera avec Nicolas Batum dans la Franchise des Charlotte Hornets de Micheal Jordan. Après une blessure et ne se sentant plus aussi agressif que par le passé Tony Parker décide après 18 saisons en NBA d’arrêter sa carrière. La ligue entière lui a rendu hommage après son annonce, et de nombreuses légendes NBA comme Dwayne Wade ou encore Magic Johnson lui ont adressé toutes leurs félicitations pour cette magnifique carrière. Depuis le 11/11/2019, il est le seul joueur français de l’histoire en NBA à avoir eu son maillot retiré. Le numéro 9 de Tony Parker sera a jamais dans le ciel du AT&T Center de San Antonio et ne sera plus jamais porté par quiconque chez les Spurs.

Tony Parker a toujours été quelqu’un d’ambitieux de par son éducation à l’américaine qu’il doit à son père. Cela lui a souvent attirer les moqueries de ses coéquipiers mais il a toujours su faire taire ses détracteurs en jouant et en réussissant en NBA.
Tony Parker a ouvert la voie à de nombreux jeunes après lui. Si aujourd’hui nous retrouvons autant de bons joueurs Français, reconnus par leurs pairs en NBA et que nous avons le droit de voir un Rudy Gobert double Meilleur défenseur de la Saison en NBA, c’est grâce à TP.

Tony Parker c’est aujourd’hui 4 bagues de Champion NBA, 1 MVP des Finales, 6 participations au “All-Star Game”, des records à foisons, 181 sélections en Equipe de France et le plus important pour lui 1 titre de Champion d’Europe. Il est encore aujourd’hui l’un des Français les plus titrés tout sport confondu et une véritable légende vivante de la NBA.

Bravo TP !